Recouvrement amiable

NOUS TRAITONS TOUT TYPE DE CRÉANCE :

Facture impayée, prime d’assurance impayée, loyer impayé, chèque impayé, échéance de prêt bancaire ou de crédit à la consommation impayée, cotisation non réglée, décision de justice non respectée.

Civile (entre 2 particuliers, entre un professionnel et un particulier), commerciale (entre 2 professionnels).

La phase amiable telle que pratiquée par notre cabinet :

  • Vise à trouver une solution acceptable par les deux parties
  • Vise à préserver l’image du créancier et donc la relation commerciale : comme nous agissons au nom du créancier, nous pratiquons un discours ferme mais respectueux de la personne

La phase amiable est incontournable :

  • Si le créancier souhaite passer sa créance en perte et profits : il doit présenter un certificat d’irrécouvrabilité émis par le cabinet qui a mené une action amiable de recouvrement,
  • Si le créancier souhaite aller en justice

Les + CBR MEDIATION

Votre débiteur est suivi pendant toute la procédure par le même médiateur.

Vous recevez une alerte évolution situation financière ou juridique de votre débiteur professionnel.

Honoraires au succès :
vous ne payez que sur les sommes que nous récupérons.

Votre dossier et vos données sont accessibles en ligne 24h/24.

Notre expérience montre que les trois-quarts des impayés ont pour origine :

1.  Un débiteur négligent,
2.  Un débiteur qui rencontre une difficulté financière,
3.  Une insatisfaction du débiteur vis-à-vis du service ou du produit à l’origine de la créance.

La phase de recouvrement amiable confiée à notre cabinet permet de régler rapidement les deux premiers facteurs. En effet, notre action démarre par une mise en demeure qui fixe le cadre :

  • transfert de la créance à notre cabinet,
  • rappel des sommes en jeu,
  • cadre règlementaire qui régit les créances impayées
  • invitation à nous régler ou à revenir vers nous si besoin d’un échéancier.

La mise en demeure provenant de notre cabinet de recouvrement va donc :

  • Réveiller le débiteur mal organisé
  • Inciter le débiteur en difficulté financière à prendre contact avec nous afin de trouver une solution

Si nous n’avons pas reçu de nouvelles à J+7, date de la mise en demeure, nos médiateurs appellent le débiteur. L’enjeu est de comprendre ses motivations et de garder le contact.

  • Si le débiteur fait face à des difficultés financières, nous lui proposons de mettre en place un échéancier.
  • Si le débiteur nous fait part d’une insatisfaction sur la qualité du service ou du produit, ou la quantité livrée, nous lui rappelons qu’en l’absence d’une réclamation (sur le bon de livraison, par courrier) il reste engagé vis-à-vis de son fournisseur. Nous appelons ensuite le créancier pour lui faire part de la réclamation. Suite à cet échange, nous revenons vers le débiteur.

Reste le dernier quart des impayés dont l’origine provient de mauvais payeurs structurels. Ces personnes usent de tous les artifices pour échapper au paiement. Le premier de ces artifices étant l’usure du créancier. Ce dernier n’a bien souvent pas le temps de gérer ce bras de fer et d’entamer diverses procédures.

Face à notre cabinet, le mauvais payeur n’est plus en position de force : nous avons l’habitude de ces profils et avons une procédure en escalade qui se termine par un courrier dernier Avis Avant Procédure Judiciaire.
En fonction des échanges avec le débiteur, la phase amiable peut durer jusqu’à deux mois.

En cas d’échec, nous analysons la situation financière du débiteur la qualité des pièces remises par le créancier puis revenons vers ce dernier pour lui proposer soit d’aller en phase judicaire (avec estimation des coûts) soit d’émettre un certificat d’irrécouvrabilité.

Cas de débiteurs partis sans laisser d’adresse

Nous mettons en place des recherches via divers outils à notre disposition (des réseaux sociaux à des prestataires externes).

En cas d’échec, nous émettons un certificat d’irrécouvrabilité sans frais pour le créancier.

Service inclus pour les créances auprès de professionnels

Si votre débiteur est un professionnel, nous mettons en place une veille via notre prestataire qui surveille toute évolution de la situation financière ou juridique de la personne morale. Si la note se dégrade fortement ou en cas de procédure collective, nous vous alertons immédiatement et vous proposons de déposer la créance auprès de l’administrateur judiciaire.